Qui sont les Baptistes

Baptistes, oui, mais chrétiens d’abord

Les baptistes, avec d’autres chrétiens, croient aux grandes affirmations de la foi chrétienne. Une de leurs convictions fondamentales est :

« On ne naît pas chrétien, on le devient » (Tertullien, 2ème siecle)

Etre chrétien, c’est faire un choix.

Voici le logo de notre fédération, la Fédération des Églises Évangéliques Baptistes de France (FEEBF).

Sa forme générale (un pain) évoque l’œuvre de Jésus-Christ, qui a nourri les foules par compassion.

La croix rappelle qu’Il a donné sa vie pour chacun de nous.

Et enfin, le poisson, en bas, est le symbole universel des chrétiens, utilisé dès l’église primitive : en grec, poisson se dit IXΘVS :

(I) : (IÊSOUS) « Jésus » ; X (KH, CH) : (KHRISTOS) « Christ » ;  Θ (TH) : (THEOU) « de Dieu » ;

V (U) : (HUIOS) « fils » ; S (S) : (SÔTÊR) « Sauveur ».

Utilisé comme sigle, ce mot rappelait aux chrétiens qui est Jésus : Jésus le Christ, Fils de Dieu, Sauveur.

L’origine : l’anabaptisme

Le baptisme se rattache au christianisme protestant, dont il est une des branches les plus actives. Il puise sa source dans deux courants de la Réforme du 16ème siècle

L’anabaptisme pratique le baptême des convertis et prône la séparation des Églises et de l’Etat. Nommé évêque en 1537, Simons Menno s’interrogeait lui sur la question de la liberté religieuse et le baptême. Il finit par proclamer que seuls les adultes pouvaient prétendre au baptême – sur profession de sa foi, rejetant ainsi le baptême des enfants.

D’ailleurs, il rebaptisait ceux qui avaient été baptisés enfant … ce qui valu à ce mouvement de se faire insulter du nom d’anabaptiste c’est-à-dire de « rebaptiseurs ».

Les anabaptistes se répandirent très vite en Suisse et en Allemagne. Ils furent persécutés par les catholiques mais aussi par les églises issues de la réforme elles-mêmes. Les persécutions prenaient la forme de noyades quelquefois !

Baptistes et congrégationaliste

C’est de la rencontre de ces deux dynamiques que naît en 1611 le baptisme en Hollande.

C’est par le pasteur Smyth que naît un nouveau type d’Église : Une assemblée de chrétiens « professants » leur foi, baptisés après leur témoignage de conversion et formant une église autonome où se sont ses membres baptisés qui prennent les décisions et orientations. ette rencontre allait donner le jour aux églises baptistes qui compte environ 100 millions de membres par le monde

Depuis ses origines, le baptisme combine trois caractéristiques majeures :
  • une théologie de type plutôt calviniste,
  • une ecclésiologie de type « professant » et congrégationaliste prônant l’autonomie de l’église locale et donc le refus de l’Eglise d’Etat
  • une conception spécifique du baptême, administré par immersion après profession de foi.
La liberté absolue de conscience

Chaque homme et chaque femme est libre de choisir de suivre l’enseignement de Jésus-Christ ou de le rejeter. Nous croyons que cette décision, essentielle, est une question personnelle entre Dieu et chaque être humain.

Les églises de la Fédération des Eglises Evangéliques Baptistes de France (FEEBF)

L’église locale composée seulement de croyants nés de nouveau

Les Eglises Baptistes sont des églises de « professants », c’est à dire qu’elles demandent un témoignage de foi de leurs membres. Ceci est en opposition aux églises qui baptisent les bébés et qui considèrent comme chrétiens tous ceux qui sont ainsi baptisés.

Les églises locales sont autonomes. Chaque Eglise prend ses propres décisions de façon démocratique. C’est l’église locale qui choisit ses dirigeants, qui gère son budget … En principe, toutes les Eglises Baptistes de France sont formées en association 1901 ou 1905.

Lorsque des églises baptistes s’unissent pour en faire une fédération d’églises, c’est afin de ne pas vivre notre foi de manière individualiste ou égocentrique, mais au contraire, pour partager des ressources communes et avoir un œil extérieur permettant, si besoin, la correction de la part des autres églises.

Martin Luther KING (1929-1968)

Pasteur noir américain, il défendit, par la non-violence, l’égalité des droits du peuple noir (dans les bus : Montgomery, dans les écoles : Little Rock, à l’Université : Alabama). Emprisonné à maintes reprises, puis relâché, il fut l’instigateur (1963) d’une marche de 200.000 noirs sur Washington. C’est là qu’il fit son célèbre discours :  » J’ai fait un rêve … « . Prix Nobel de la Paix en 1964, il fut assassiné à Memphis en 1968.

Jimmy CARTER(1924-)

Gouverneur de Géorgie en 1970, où il met fin à la discrimination en nommant des responsables noirs. Président des Etats-Unis en 1977, après G. Ford, il est à l’origine des accords de paix de Camp-David entre Israël et l’Egypte (1978). En 1979, il signe avec L. Brejnev les accords Salt II de limitation des armements stratégiques. Depuis la fin de sa présidence en 1981, il œuvre pour la paix et les droits de l’homme. Prix Nobel de la Paix en 2002

L’astronaute James Irwin (1930-1981)

Mission Apollo 15. 8ème hommes qui a marché sur la lune. Citation : »Le plus important ce n’est pas que l’homme ait marché sur la lune, mais que Dieu ait marché sur la terre en la personne de Jésus-Christ. »

L’évangéliste Billy Graham (1918-2018)

Théologien et un prédicateur prtestant américain. Célèbre télévangéliste, il met l’accent sur la conversion et le pardon des péchés par Jésus-Christ. Billy Graham a été un bon ami de Martin Luther King et il a œuvré au rapprochement entre les races durant les années 1960 et tout au long de son ministère. D’autre part, Graham a été critiqué pendant plusieurs années par quelques évangéliques fondamentalistes pour ses messages d’unité et sa proximité avec l’Église catholique (particulièrement avec le précédent Pape Jean-Paul II).

Jonathan Edwards (1966-) Médaille d’or au triple saut des J.O. de Barcelone en 1992
… et nous 🙂